Disparus

disparusVincent a vingt ans. Son passe-temps : voler des bagages dans les TGV. Mais le jour où il décide d’arrêter sa vie de voleur et de gagner sa vie en travaillant, le dernier bagage se révèle être douteux. S’ensuit alors une recherche afin de retrouver la propriétaire du sac et d’arriver à la sauver. Un auteur de romans policiers l’aidera à mener son enquête. Mais où celle-ci les emmènera-t-elle ?

Je trouve ce livre vraiment bien car l’histoire nous tient en haleine jusqu’au bout et la fin est des plus surprenantes.

Je le recommande surtout aux amateurs de romans policiers et de fantastiques et j’espère qu’il vous plaira autant qu’à moi.

Cécile (stagiaire 3ème bibliothèque Arlequin)

Dans quelle(s) bibliothèque(s) trouver ce livre ?

La vie mode d’emploi selon Rose, ou La vie rêvée des grands

Rose, c’est une petite fille pas comme les autres, qui a 18 nounours, un frère imaginaire, un chien psychologue, mais aussi, invisibles et rien qu’à elle, un sphinx et un canard.

la vie revee des grandsLe sphinx, c’est sa timidité telle que la nomme son instituteur – parce que « le sphinx, c’est celui qui garde l’énigme et rien ne bouge sur son visage qui pourrait donner un indice »… Pour le canard, c’est plus compliqué : c’est un peu la grande personne que Rose imagine devenir, mais qui pour l’instant est une toute petite personne à l’intérieur de l’enfant qu’elle est encore.

Du haut de ses dix ans, Rose se pose des questions sur la vie, et invente ce qu’elle aura quand elle sera grande : une baignoire ancienne avec des pieds apparents, du rouge à lèvres indélébile, un travail qui ne ressemblera pas à un travail… En attendant, elle mène sa vie d’enfant aux côtés de ses camarades qui ont quand même de drôles de préoccupations à ses yeux, et surtout aux côtés DU garçon à qui elle ne sait pas comment parler, même si elle est sûre qu’il a lui aussi un chouette canard.

J’ai beaucoup aimé, le temps de cette lecture, entrer dans la peau de cette petite fille vive et décalée, suivre sa vision de la vie, l’écouter se raconter et raconter le monde qui l’entoure avec profondeur et humour. Et surtout, rêver avec elle de ce que pourrait être la vie – de ce qu’elle sera même, car pour peu que l’on se laisse convertir par sa façon d’aborder les choses, il suffit de le décider. Alors, tous à vos canards !

Dans quelles bibliothèques trouver ce livre ?

Un petit extrait pour se mettre en appétit ?

« Quand je serai grande, je suis heureuse, c’est tellement facile ! Je suis heureuse parce que je suis libre. (…) Je veux dire que tant que je suis une enfant, je suis bien obligée d’aller à l’école et ensuite en vacances et puis de nouveau à l’école et ainsi de suite, mais quand je serai grande, c’est hors de question. (…) Personne ne décide pour moi que maintenant je suis en vacances, ça non, personne. Parce que c’est ça être grand. Etre grand = être libre = personne te dit quand tu peux aller à la mer ».

Terrienne, de Jean-Claude Mourlevat

terrienneAnne Collodi recherche sa sœur qui est dans un autre monde ou là-bas la respiration, l’argent et plein d’autres choses indispensables pour vivre n’existent pas.

Ce livre m’a plus car l’aventure ne manque pas à Anne.

Terrienne/Jean Claude Mourlevat (Gallimard Jeunesse)

Louise, du Club Lecture de la Bibliothèque du Jardin de Ville

Dans quelles bibliothèques trouver ce livre ?

 

 

L’île du crâne, d’Antony Horowitz

L-ile-Du-CraneDavid est un garçon particulier car il est le 7éme enfant de 7 fils.

Il est renvoyé de l’école Beton puis le lendemain matin il reçoit un courrier qui l’admet à l’école Grooshame Grange mais il n’y a qu’un jour de vacances par an.

Quand il arrive, il trouve l’école étrange et tous les élèves ont une bague noire et les professeurs sont spéciaux. Exemple : le professeur Kilgraw ne se reflète pas dans le miroir.

J’ai adoré ce livre car c’est bien écrit et il y a du suspense. J’ai envie de dévorer le deuxième livre !

Alice, du Club lecture de la Bibliothèque du Jardin de Ville

Si la tristesse n’existait plus…

On n’aurait plus de sentiments. Tout serait égal.

bleueOn est dans le futur. Tout le monde à son écran, on est tous obligé d’être heureux. On fait une opération à tous ceux qui sont malheureux : on ne ressent plus rien et on a un point bleu sur le poignet droit.

C’est l’histoire d’Astrid et Silas. Astrid fait partie d’un groupe contre l’opération , elle va avoir un accident et Silas va être opéré…

Ce livre m’a plus car j’aime bien les histoires fantastiques et certains passages m’ont énormément touchés, j’ai adoré.

Bleue/Florence Hinckel (Syros – Soon)

Louise, du Club Lecture de la Bibliothèque du Jardin de Ville